AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

(cersei) ∞ in the night, the stormy night

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Cersei-Gwen O. Stark

Admin ∞ crochet est pourri.

๑ Tes messages : 105

๑ Ses amours : célibataire.

๑ Son emploi : au chômage.

๑ Disponibilité pour rp : on verra aussi.


MessageSujet: (cersei) ∞ in the night, the stormy night Lun 4 Fév - 4:57



Cersei-Gwen Olivia Stark
She expected the world
✖️ NOM(S): stark. ✖️ PRÉNOM(S): cersei-gwen, olivia. ✖️ ÂGE: vingt-quatre ans. ✖️ LIEU ET DATE DE NAISSANCE: provincetown, cap cod le 11 juin 1988. ✖️ METIER: écrire ici. ✖️ ORIENTATION SEXUELLE: héterosexuelle. ✖️ SITUATION CIVILE: célibataire. ✖️ QUALITÉS: rêveuse, extravertie, dynamique, généreuse, sensible. ✖️ DÉFAUTS: têtue, téméraire, maladroite, distraite, peu mature. ✖️ GROUPE:like peter. ✖️ COPYRIGHT: caroforbes.tumblr & eternallyobrien.tumblr

née dans une famille très riche, cersei-grwen possède beaucoup d'argent, elle a bien souvent essayé de travaillé pour gagner son indépendance, mais son manque de responsabilité lui a toujours fait défaut. Finalement, elle ne travaille pas, vis sur ses acquis ce qui énerve bien de gens. ◮ elle déteste être jugée et pourtant son nom est très connu en ville puisque sa famille est classée dans les plus grandes fortunes de la ville et sans doute même de l'état, ainsi, les gens passent leur temps à la juger sans la connaitre, elle a vraiment horreur de ça. ◮ elle se comporte très souvent comme une véritable gamine, mais pas une gamine pourrie gâtée, si elle aime faire du shopping, elle n'est pas du genre à se venter des choses qu'elle possède, pour elle, l'argent et ce qui va avec reste une valeur superflu, mais il faut bien qu'elle en profite puisque c'est tout ce qu'elle a. ◮ elle a perdu sa mère dans un accident de la route quand elle avait dix ans. Ce fut la période la plus difficile de sa vie, d'autant plus qu'elle a du l'affronter seule, son père ayant préféré s'enfermer dans son boulot pour faire son deuil. ◮ si elle ne veut pas grandir, c'est pour ne pas finir comme son père qui semble ne plus rien apprécier dans la vie, qui ne fit que travailler et qui ressemble à un fantôme. Elle ne veut pas devenir adulte, elle veut continuer à profiter de la vie et laisser de côté les problèmes de la vie adulte. ◮ elle a très souvent été victime de manipulation, en amour comme en amitié, les gens ayant choisi de se servir d'elle uniquement pour son argent, elle ne peut plus les compter sur les doigts de la main. Elle a l'impression que l'argent porte malheur et le condamne à rester seule toute sa vie. ◮ elle aime beaucoup les chats, elle en a plusieurs chez elle et elle les considère sans doute comme ses amis les plus fidèles, eux au moins, il s'en fichent de son argent ◮ elle fait de la danse classique et de l'équitation depuis qu'elle est enfant, il lui arrive parfois d'entrainer les enfants, c'est quelque chose qu'elle apprécie beaucoup. Elle adore les enfants, même si elle se voit difficilement devenir mère un jour, quoi que plus le temps passe, plus elle envisage d'en avoir un toute seule, après tout, de nos jours, plus besoin d'homme pour être mère. ◮ Elle sait jouer du violon et du piano, elle prend depuis peu des cours de guitare, il faut bien qu'elle trouve des activités pour occuper son temps libre. ◮ plus le temps passe plus elle envisage de payer les gens pour qu'ils restent avec elle, elle a de plus en plus l'impression qu'il n'y a que ça qui marche, vu le nombre de personnes qui ne jurent que par l'argent. ◮ ça semble parfois étrange pour certaines personnes, mais elle a fait des études, elle a une licence en droit, cependant, elle n'a pas été plus loin dans les études.


◮ Quel était votre rêve le plus fou lorsque vous étiez enfant?
Quand elle était plus jeune, elle voyait le monde comme un endroit formidable, un monde digne d'un conte de fée. Forcément dans ce monde parfait, elle se voyait devenir une belle princesse, porter de magnifiques robes, vivant dans un sublime château. Elle finirait par rencontrer un homme, un prince qui serait parfait en tout point et ensemble, ils feraient le tour de ce monde parfait avant de revenir dans son château, de se marier. Un mariage de princesse. Elle aurait été la plus belle fille du monde ce jour là, elle aurait porté la plus belle robe blanche qui puisse exister. Il y aurait eu des magnifiques fleurs pour décorer la pièce, tout aurait été beau et parfait. Elle aurait épousé son prince, elle serait devenue Reine. Elle s'imaginait aussi avoir des enfants, des bébés magnifiques qu'elle aimerait de tout son coeur et qui l'aimerait également et elle et son prince charmant resteraient jeunes et beaux pour l’éternité. Un rêve digne d'une gamine qui aujourd'hui semble aussi absurde qu’improbable. Le prince charmant n'existe pas et elle espère ne pas avoir à vivre dans ce monde de merde pour l’éternité, même si en échange on lui propose de garder sa jeunesse. Elle préfère largement être vieille et fripée, mourir seule, plutôt que jeune et belle pour vivre l’éternité seule.

◮ Quel est LE truc que vous faisiez enfant et que vous ne pouvez plus faire maintenant?
Même à l'âge adulte, Cersei n'est pas du genre à se poser des interdits. S'il lui prend l'envie de faire un combat de peinture avec quelqu'un comme elle aurait pu le faire quand elle était jeune, elle le fera (si elle a quelqu'un avec qui le faire et ça c'est déjà moins évident), aller sur des jeux interdits au moins de dix ans ? Elle s'en fiche, si elle en a envie elle le fera. C'est une véritable gamine qui ne se voit absolument pas comme une adulte responsable. Elle ne veut pas être une adulte responsable, elle veut continuer à se comporter comme une enfant. Maintenant, il y a bien des choses qu'elle ne peut plus faire comme les longues promenades avec sa mère. Elle adorait se promener avec sa mère bien souvent, elles emmenaient un pique-nique et s'arrêtaient au bord de la mer pour manger de bons sandwichs que sa mère avait elle-même préparée. Il lui arrive de repasser dans ses endroits qu'elle a souvent fréquenté avec sa mère, avec une mélancolie non dissimulée. Toutes les choses qu'elle faisait avec sa mère, elle ne peut plus aujourd'hui. Elle espère qu'un jour, elle aura une fille avec qui elle pourra refaire des longues promenades, des pique-nique et tellement d'autres choses, tout comme elle le faisait avec sa mère, malheureusement ce projet reste compromis.

◮ Ça veut dire quoi être adulte exactement pour vous?
L'enfer. Elle voit le monde adulte du mauvais œil. Son adulte de référence, ça a toujours été son père. À une époque, il était chaleureux et attentionné, bien qu'il soit inlassablement pris dans un trop plein de travail. Il avait quand même du temps pour elle et pour sa mère. Mais quand cette dernière est morte, il s'est plongé dans le travail. Oubliant sa fille qui lui rappelait sans doute trop sa défunte épouse. Il a choisi cette voix et il est devenu un autre homme. toujours en train de travaillé, un homme fatigué, démotivé, malheureux. C'est comme ça qu'elle voit son père désormais et si être adulte revient à être un jour comme lui, elle a décidé de lutter pour ne jamais être vraiment adulte. Pour elle, être adulte, c'est psychologique et non pas physiologique. Quoi qu'on puisse lui dire, même si elle à vingt-quatre ans et que le reste du monde la voit comme une adulte, elle, elle refuse d'en être une.

◮ Une petite anecdote, peut-être? & une phrase fétiche?
Des anecdotes, elle en a plein à raconter, elle pourrait s'attarder sur toutes les fois où elle s'est rendu compte que les hommes ne voulaient d'elle que son argent et que le reste n'avait aucune importante. Des échecs amoureux, elle en aurait des tonnes à raconter. Pourtant, si elle ne devait choisir qu'une seule anecdote à raconter elle choisirait quelque chose de plus joyeux. Un évènement marquant et beau dans sa vie. Quand elle était plus jeune, elle faisait de la danse classique, alors si elle devait raconter une anecdote de sa vie se serait sa première représentation. Elle était stressée, elle ne voulait pas échouer parce que ses parents étaient là dans la salle et qu'il la regardait attentivement, elle avait passé des heures et des heures à s'entrainer pour être parfaite, ignorant ses pointes douloureuses, ses muscles engourdit, elle s'était donné un mal fou et elle avait était parfaite. Ses parents avaient été les premiers à se lever dans la salle pour applaudir et elle revoyait sa mère hurler son prénom Au départ, elle avait eu un peu honte Comme toutes les gamines de neuf ans qui se faisaient remarquer à cause de ses parents Mais aujourd'hui, quand elle visionne la vidéo de cette représentation, quand elle entend le cri de sa mère sur la bande son, elle ne peut s'empêcher de penser que c'était le plus beau jour de sa vie et qu'à présent, elle ne connaitrait plus ce genre d'instants.
S'il lui fallait une phrase fétiche, ce serait certainement "merde" juste un mot qu'elle répète beaucoup dans une journée, à chaque fois qu'un geste maladroit la pousse à faire une connerie, ou, à chaque fois qu'elle réalise une nouvelle fois qu'elle est désespérément seule.


✖️ PSEUDO: sweet poison. ✖️ AGE: vingt balais les enfants. ✖️ COMMENT AS TU CONNU LE FORUM : il est venu me draguer à la plage alors que je faisait bronzette, le coquin. ✖️ QU'EN PENSES-TU ?: il a un beau sourire.✖️ DEDICACES: au reste de la team parce qu'elle gère la fougère avec un grand F quoi .

Code:
<taken>claire holt</taken>[color=black] ∞[/color] cersei-gwen o. stark


Dernière édition par Cersei-Gwen O. Stark le Sam 9 Fév - 0:26, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cersei-Gwen O. Stark

Admin ∞ crochet est pourri.

๑ Tes messages : 105

๑ Ses amours : célibataire.

๑ Son emploi : au chômage.

๑ Disponibilité pour rp : on verra aussi.


MessageSujet: Re: (cersei) ∞ in the night, the stormy night Lun 4 Fév - 4:57

Maman est morte. Cette phrase, elle ne cessait de l’entendre se répéter dans sa tête avec le ton froid de son père, elle revoyait son regard fuyant, ses doigts posés sur ses épaules avant qu’il ne la lâche pour aller plus loin. Elle s’était retrouvée seule au milieu du salon avec cette nouvelle ayant un effet semblable à celui d’un couteau planté en plein dans son cœur. Elle venait de perdre sa mère, la seule personne au monde qui semblait se soucier d’elle. La petite blonde avait toujours été très proche de sa maman, cette dernière l’aimait de tout son cœur et elle savait qu’elle aurait aisément pu décrocher les étoiles pour sa petite Cersei-Gwen. Elle aimait sa mère d’un amour inconditionnel et c’était réciproque. Sa maman, c’était la plus jolie, la plus gentille, la plus parfaite de toutes les mamans du monde. Elle le savait, jamais personne ne pourrait la remplacer et jamais son père n’occuperait une place aussi grande dans sa vie. Il l’avait laissée seule pendant le pire instant de sa vie, alors qu’elle n’était encore qu’une gamine. Elle était à présent assise par terre, à genoux, en train de pleurer toutes les larmes de son corps. Elle sentait son monde entier s’effriter sous son corps, bientôt, elle chuterait dans une obscurité sans fin. Seule. Il faisait froid. Elle se sentait mal. Triste, énervée, elle avait cette envie de se lever, de quitter la maison et de courir, pendant des heures, sans savoir où aller, comme si cette fuite sans fin pouvait l’aider à accepter cette idée invraisemblable. Qu’est-ce qui avait pu tuer sa mère ? Cette femme qui semblait suffisamment forte pour soulever des montagne ? Cette femme qui n’avait cessait de lui promettre qu’elle serait présente à chaque étape de sa vie. Elle avait menti. À présent, elle ne serait plus jamais là. Elle ne la verrait pas grandir, elle ne lui expliquerait pas les choses de l’amour, elle ne serait pas là pour la regarder aller à son bal de promo, elle ne serait pas là quand elle recevra son diplôme, elle ne sera pas là à son mariage, elle ne serai pas la grand-mère parfaite de ses enfants. Jamais plus elle ne serait là. Et qui sera là, si ce n’est elle ? À en juger la pièce vide autour d’elle, personne. De toute évidence, personne ne tenait suffisamment à elle pour l’accompagner dans toutes les étapes de sa vie, personne ne tenait suffisamment à elle pour accourir dans la pièce, la serrer dans ses bras el lui dire que tout irait bien. Le fait était sans doute que tout n’irait pas bien. Plus jamais. Elle avait perdu la personne la plus importante à sa vie. Quelques jours plus tard, elle assisterait à son enterrement, là dans un cimetière de la ville, sous la pluie sûrement, le ciel pleurerait peut-être la mort de sa mère, elle écouterait les discours d’un prêtre stupide, elle recevrait des condoléances manquant de sincérité à la tirelarigot, et puis les gens partirait, il ne restera plus qu’elle et une maudite pierre tombale.

« Qu’est-ce qui à pu t’arriver pour que tu ais toujours l’air si sérieux ? » Blottie dans les bras du jeune homme, Cersei se redressa légèrement, enveloppée seulement d’un drap. Elle passa délicatement la main sur l’homme qui partageait son lit. Pas le premier, c’était un fait qu’elle ne pouvait pas nier. Des hommes, elle en avait connu beaucoup, des histoires d’amour sans espoir, elle donnait toujours plus qu’elle ne recevait, on la laissait tomber avec facilité, elle se relevait, persuadée à jamais que l’homme qui l’aimerait pour autre chose que son argent existait bel et bien, quelque part sur la planète et qu’elle finirait par le trouvé. Dans les bras de cet homme, un conseillé financier qui au départ ne s’était adressé à elle que parce que les Stark faisaient parti des plus grandes fortunes de la ville. Si c’était son métier de s’intéresser à l’argent, peut-être n’y voyait-il aucun intérêt personnel. Elle voulait y croire. Elle l’aimait, elle la fille qui tombait amoureuse comme on tombe d’une chaise. Il lui adressa un sourire. « J’ai grandi trop vite, je suppose. » Elle déposa un baiser sur ses lèvres avant de sortir du lit, le tirant au passage par la main, bien qu’elle n’ait pas la force de le faire bouger d’un millimètre. « Il n’y a pas de sort plus horrible en ce monde. Il faut remédier à ça. Viens avec moi. » Il se résigna à bouger, se levant à son tour, ignorant ce qu’elle avait prévu de faire à une heure pareille. C’était la nuit, minuit était passé depuis quelques minutes. Elle attrapa rapidement ses vêtement, les enfilant avec tout autant de rapidité, il fit de même. Encore une fois elle lui attrapa la main pour le conduire à l’extérieur de la maison. « Tu comptes aller où à une heure pareille ? » Elle lui adressa un nouveau soupire avant de hausser les épaules. « C’est une surprise. » Elle grimpa dans sa voiture, il la rejoignit, l’air légèrement suspicieux. Il eu rapidement la réponse à sa question, quand ils arrivèrent devant un parc d’attraction, fermé depuis un moment déjà. « C’est fermé. » Elle haussa les épaules avant de sortir de la voiture. « Rien n’est jamais vraiment fermé. » Elle s’approcha alors du grillage, l’escaladant avec habilité, à croire qu’elle avait fait ça toute sa vie. « Tu n’as pas le droit de faire ça. » D’un bond, elle atterrie de l’autre côté du portail. « La police va m’arrêter pour effraction dans un parc, et puis quoi ? Je suis une Stark, ils ne me garderont pas bien longtemps en garde à vue. » Elle savait de quoi elle parlait, ce ne serait pas la première fois qu’elle se ferait prendre par la police pour ce genre d’infraction qu’elle-même considérait comme mineure. Elle n’était jamais restée bien longtemps, son père avait beau se foutre de son sort, il était toujours venu, avait glissé un chèque rapidement et l’histoire était réglée. « Faudrait-il seulement qu’ils m’attrapent déjà. Allez, vient ! » Il hésita. Il n’avait pas forcément envie d’entrer dans un parc d’attraction fermé, il n’en voyait pas l’intérêt. Pourtant, il fini par lui obéir, escaladant à son tour le portail. Elle lui attrapa à nouveau la main pour le mener vers des manèges en tout genre qu’elle mettait en route avec facilité, encore une fois, on aurait pu penser qu’elle avait fait ça toute sa vie. Peut-être était-ce le cas. Elle était une habituée de ce genre de situation, une gamine exigeante qui se fichait bien que la nuit soit tombée, quand elle voulait quelque chose, il fallait que ce soit maintenant et elle s’était donné les moyens d’avoir ce qu’elle voulait, quand elle le voulait, sans avoir à sortir son carnet de chèque. Finalement, ce qui devait arriver arriva. La police. « Merde, les flics, je te l’avais dit ! » Elle rigola comme si ce n’était rien, pour lui, ça semblait important, sans doute qu’il n’avait pas envie d’avoir à faire à la police après les trop nombreuses arnaques qu’il avait répétées dans le pays durant l’an passé. « Fais moi confiance. » Elle, elle prenait ça avec légèreté, se fichant bien des conséquences de ses actes. Ça l’amusait. Une véritable enfant. Il regardait la jeune femme avec envie. Il avait grandi trop vite lui. Obligé de s’occuper de tout chez lui alors que son père buvait trop. Elle, elle avait profité de la vie, sans jamais ne rencontré la moindre contrainte, elle avait toit simplement refusé de grandir, ne voulant pas ressembler un jour à son père, cet homme qui n’avait pas d’autre vie que son boulot. Sa fortune, il l’a devait à un travail acharné auquel il se consacré corps et âme depuis la mort de son épouse. Il n’était qu’un fantôme aux yeux de Cersei, le genre de personne qu’elle ne voulait pas devenir. Si être adulte c’était être ainsi résigné, elle ne voulait pas devenir adulte. Encore une fois, elle attrapa la main du jeune homme le forçant à courir avec elle. Une longue course grâce à laquelle ils évitèrent les faibles forces de police qu’on leur avait envoyé. Elle le savait, ils avaient mieux à faire que de s’occuper de deux personnes ayant décidé de se rendre dans un parc d’attraction en pleine nuit. Ils avaient beaucoup couru, ils avaient pris des risques inconsidérés et ils s’étaient amusés. Arrivés de nouveau à la voiture de la jeune femme, elle s’arrêta avant d’ouvrir sa portière, plongeant son regard dans celui du jeune homme. « Tu vois, c’est ça la vie. On se prend pas la tête, on s’amuse, on profite. C’est tout ce qui compte. » Elle haussa les épaules avant de rentrer dans la voiture. Elle avait peut-être raison. Il resta dehors un peu plus longtemps qu’elle, laissant échapper un soupire. Il aimait bien cette fille. C’était une erreur sans doute, mais cette soirée, elle resterait à jamais gravée dans sa mémoire comme la, meilleure soirée de sa vie, bien qu’elle lui en ferait connaitre d’autres, il n’en doutait pas.

Il devait partir, il le savait. Il tenait déjà trop à elle et il tenait trop à sa sœur pour la laisser tomber pour une histoire d’amour. Il regarda le dernier chèque qu’elle lui avait fait. Une belle somme qu’il devait encaisser rapidement. Un pseudo bon placement pour elle. Elle ne reverrait jamais cet argent, mais au final, est-ce qu’il lui manquerait vraiment ? Sans doute qu’il tenait de se rassurer en se disant que non. Il ramassa ses affaires qui commençaient à s’entasser chez la jeune femme et claqua la porte d’entrée. Il pleuvait, évidemment. Heureusement, le chèque était en sécurité et c’était tout ce qui comptait à ses yeux. Il n’aurait pas du la recroiser. Elle lui avait dit qu’elle ne serait pas là avant dix-sept heures, il était à peine seize heure. Elle avait rendez-vous avec son coiffeur et elle avait elle-même préciser que ça pouvait durer longtemps. Pourtant, elle était là, avec sa coiffure inchangée. « On s’en va s’en dire au revoir ? » Il n’osa pas répondre. Il n’avait aucune réponse à ça de toute évidence, il ne s’y était pas préparer, disparaitre de la vie de Cersei sans rien dire lui semblait être l’idée parfaite. « J’ai annulé mon rendez-vous. La pluie aurait rendu le brushing inutile. » Il l’a regardait sans rien dire, trop gêné par la situation sans doute. Il n’avait pas envie de lui faire du mal, elle ne le méritait pas, mais il n’avait malheureusement pas le choix. « Profite bien de l’argent. Méfie toi, il attire plus de problèmes qu’on ne veut bien l’imaginer. » L’argent. Elle savait. Bien sûr qu’elle savait. Elle n’était pas stupide. Un homme qui se barre sans rien dire après avoir reçu plusieurs chèques censés être placés en sécurité, c’était l’image même de l’arnaque qu’il était en train de lui renvoyer en pleine figure. Elle s’en doutait déjà avant. Ils étaient tellement nombreux à ne vouloir d’elle que son argent. C’était si facile. C’était Cersei, la petite fille riche complètement naïve qu’on pouvait berner sans conséquences. « Tu veux le récupérer, je suppose. » Il n’avait pas envie de lui rendre, mais il ne voulait pas non plus qu’elle aille porter plainte à la police, elle laissa échapper un léger rire. « Non. L’argent ne m’intéresse pas. Regarde moi. Je ne suis qu’un gros paquet de fric. On ne me voit pas autrement. Les gens ne veulent que mon argent, moi, je veux bien le balancer par les fenêtres si seulement ça peut m’apporter autre chose que la solitude dans laquelle cet argent m’enferme. » Il ne s’attendait pas à ça. Il l’avait bien souvent compris. L’argent qu’elle possédait n’était pas ce qu’elle mettait en valeur sans sa vie. Elle aimait les choses simples et n’avait que faire du luxe qu’elle pouvait s’offrir. Il ne comprenait pas. Lui qui avait connu la solitude dans la misère, il imaginait que dans un monde comme celui de Cersei, ça n’existait pas et pourtant, elle était la femme la plus seule qu’il n’avait jamais rencontrée. « Je suis désolé. » Elle haussa les épaules et s’avança dans le rideau de pluie qui se dressait entre eux deux. « Comme tous les autres avant toi et ceux qui viendront également ensuite. Sache que la sincérité aurait pu t’offrir beaucoup plus. Est-ce que le reste du monde fonctionne vraiment comme toi ? Est-ce qu’on obtient les choses que l’on convoite que grâce à la corruption ? » Sans doute oui. Il voyait le monde comme ça. Il avait travaillé dur une grande partie de sa vie et tout ça pourquoi ? Finir presque ruiner, sans emploi et incapable d’en trouver un nouveau. La corruption marchait tellement mieux. « Dans mon monde oui. Le tien est plus simple Cersei, meilleur, tellement plus fantaisiste, je n’en connais pas les règles d’un tel monde. Je ne connais que celles du mien, là où tout les moyens sont bon pour se sortir de la merde. » Elle haussa les épaules une nouvelle fois « Si tu faisais plus confiance aux autres, si tu te comportais mieux, si tu t’attachais à eux au lieu de les manipuler, tu aurais tellement plus à gagner. On ne se sort pas de la misère en en créant autour de soi, Vincent. » Vincent Johnson, c’était le nom sous lequel il s’était présenté à elle, un pseudonyme bidon comme tous les autres qu’il avait utilisé jusqu’à présent, forcément, il n’arnaquait pas les gens en leur donnant son vrai nom. « Isaiah. » Elle arqua un sourcil. « Je m’appelle Isaiah, pas Vincent. » Elle laissa échapper un ricanement ironique. « Forcément. C’était aussi un mensonge. Y a-t-il une part de ce qu’on a vécu ses sept derniers moi qui n’en était pas ? » Il baissa les yeux. Malheureusement, une grande partie de ce qu’ils avaient vécus n’était pas un mensonge. « Non. » C’en était un nouveau, mais il ne pouvait pas faire autrement. Il devait continuer à avancer dans la vie et il ne voulait pas la condamnée à entrer dans sa misérable existence. Sans doute qu’il ne comprenait pas que son existence à elle était tout aussi misérable et qu’à eux deux, ils pouvaient s’en sortir. « Moi je n’ai jamais menti, Isaiah. J’espère que ta vie sera meilleure à présent. » Il serra la mâchoire, fixant la jeune femme une dernière fois avant de s’éloigner, lui tournant le dos pour ignorer les larmes qui coulaient sur ses joues, visibles malgré la pluie qui les noyaient dans son sillage. Elle le regardait s’éloigner, le cœur brisé, la sensation de solitude l’enveloppant à nouveau.

_________________

“ laugh at the girl who loved too easily ”
you sit there in your heartache, waiting on some beautiful boy to save you from your old ways.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

(cersei) ∞ in the night, the stormy night

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Festival "Night of the Prog" 2009 - Loreley
» Where did you sleep last night - Nirvana / Leadbelly
» GIBSON NIGHTHAWK SÉRIE LIMITÉE 2010
» LATER THAT NIGHT...
» tonight's the night acetate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PETER PAN COMPLEX :: 
GESTION DU PERSONNAGE
 :: introduce your case :: access granted
-